Cours Oenologie Paris – Orléans

A bas le contenant, vive le contenu !

Sur les conseils d’une de mes élèves « Marielle », je viens d’acheter un livre intitulé « Bacchus et Moi » par Jay McInerney aux éditions de la Martinière. Ce sont des chroniques sur le vin que l’auteur a écrit dans différents journaux notamment « the wall street journal ».

Le ton est léger, agréable. Ce livre a également une vertu que l’on retrouve trop rarement dans les ouvrages sur le vin, c’est qu’il est à tendance universelle, vous y découvrirez les rouges du Chili, le malbec d’Argentine, les blancs allemands, l’Amarone italien…

On apprend beaucoup de choses en se divertissant.

 

Je vous redonne également les coordonnées du petit fascicule constitué de cartes viticoles françaises : atlas des vignoble de France – éditions ouest france.

 

* cours; oenologie; paris; orléans

One thought on “Un peu de lecture

  1. Merlotte dit :

    Les deux derniers week ends étaient sombres : défilés des antisémites accrochés à leurs bonnets et leurs allocations, puis défilés des « familles, patrie ». Bretagne, Normandie, Versailles et toute l’avant garde qui a soutenu la révocation de l’Edit de Nantes est de sortie le 2 février 2014. Dommage, il ne pleut pas. Je vais me coucher. Nantie de mes caisses de rouge (Pompadour Castelmaure, et Cairanne) et d’un tire bouchon, j’ai décidé de lire un peu. Oscar Wilde mene l’enquete avant et apres son séjour à la prison de Reading. Excellent avec ou sans verre de rouge. Celui ci est un des tops de la série des enquète d’Oscar Wilde, il y a du gore dans l’air. « Voyage au pays du papier », histoire et géographie de la civilisation de l’écrit par Orsenna….Au fait….Ce monde est il recyclable ? Non puisque ce que l’on recycle commence une autre vie, et dans la rue rien ne commence. Que des redites. Mieux vaut ne pas se poser la question et attaquer « les fantomes de Breslau », policier historico polonais. Ou bien « Autobiographie dans un chou farci » de Weiss, qui raconte l’histoire de sa famille a travers des générations de femmes ayant chacune sa version de la recette…..Soit 77 760 versions….Accompagnés de toutes sortes de merlots d’Ardeche et de vins locaux selons les recettes. Ce livre est tordu sous des dehors rustiques. Extrait : « Le gout constitue un signe du style personnel, un mode d’identification de soi, une trace de distinction, une marque de position sociale. Le gout vacille entre le solipsisme et le narcissisme de la sensibilité subjective, et la séduction accompagné de la mythologie de la gastronomie collective » voila de quoi tailler une bavette avec Marielle. Et surtout de réfléchir, d’improviser. Réjouissez vous !..Restons en au solipsisme, je vous passe le paragraphe suivant sur les plats préférés de Deleuze…
    Quel pied la sensibilité subjective, les manifestants moutonniers en manquent. Ils devraient peut etre manger plus de chou farci, boire, lire plus et ne pas imposer leurs idées préfab’ à des gens dont ils ne savent rien.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :