Cours Oenologie Paris – Orléans

A bas le contenant, vive le contenu !


22 mai 2018

Voyage dans le Piémont viticole : la Bourgogne Italienne.

IMG_0106

Village de Monte au petit matin, à la recherche de la truffe d’été

Lorsqu’on vient à un cours d’oenologie à Paris ou à Orléans, c’est bien, et j’espère qu’on retient un peu de choses. Si on a l’occasion de participer à un voyage, alors on est transporté dans une autre dimension.

La parole aura du mal à remplacer la vision et l’odorat.

Dans le Piémont, on va s’imprégner de paysages de vignes extraordinaires. On va sentir de nouvelles choses, on va goûter différemment. C’est la pleine saison des truffes d’été et des acacias qui sentent merveilleusement bon.

Ce petit coin d’Italie est épatant par la multitude de ses collines qui se succèdent presque à perte de vue. Nous sommes à des altitudes allant jusqu’à 400 mètres. On comprend qu’il y a une grande richesse des sols et des sous-sols qui vont donc permettre aux cépages de s’exprimer différemment en fonction du lieu où on les trouve.

Barolo et Barbaresco, les seigneurs du Nébiolo

Notre voyage s’est concentré autour d’Alba, la renommée capitale de la truffe blanche. Dans ce pays de cocagne, on trouve donc les mythiques truffes blanches, mais aussi des truffes noires qui poussent à peu près à toutes saisons. Et nous sommes au coeur des deux grandes appellations Barolo et Barabaresco, les seigneurs du coin, produits avec le cépage Nebiollo.

Là, évidemment, on est un peu dérouté quand on découvre ces vins car on n’a pas l’habitude. Ce cépage Nébiollo ne ressemble pas à ce qu’on connait, c’est d’ailleurs là tout l’intérêt, il présente à la fois beaucoup de fraicheur, de générosité et de corps. Par certains aspects, on pense à la Bourgogne et, en même temps (expression très en vogue), au Rhône pour le côté généreux. Ce sont des vins à fort potentiel et de très belles gardes. Ils impriment vraiment le terroir, d’ou l’idée légitime des crus correspondants à des parcelles bien précises.

Ce qu’on peut retenir de ces vins, c’est aussi une autre philosophie: aucun vin n’est commercialisé lorsqu’il est un « bébé ». Personne ne sort du chai avant 24 à 36 mois, avec un élevage en barrique ou en foudre d’au moins 24 mois.

La courbe douce des collines

Ce qui imprime aussi  la rétine, ce sont ces paysages ultra géométrique, avec les rangs de vignes qui suivent la courbe des collines. En France, on plante dans l’autre sens. C’est une question de ravinement, d’exposition et de friabilité des sols.

Vignes à Alba

Paysage typique du Barolo – domaine Ceretto

Nous avons évidemment pris le temps de bien déguster dans de nombreux domaines : Coppo avec ses extraordinaires vins effervescents près d’Asti, Ceretto et son architecture incroyable, Pelissero domaine plus familial.

Nous avons pris aussi le temps de bien manger en découvrant, à l’Osteria dell Unione, le mouvement slow food : on mange bien, lentement, des produits provenant des circuits courts et locaux. Notre repas fut accompagné des vins de Fabio Géa,  vins inracontables mais extrêmement buvables, laissant un souvenir impérissable.

Ce voyage, c’est aussi l’occasion d’aller au musée du tire-bouchon, de découvrir la truffe et de profiter d’un bel agri-turismo : le querce del vareglio.

C’est surtout l’occasion de se retrouver ou de faire de belles et nouvelles rencontres.

Rendez-vous l’année prochaine en Géorgie

 

2 thoughts on “De l’intérêt d’un voyage lorsqu’on suit un cours d’oenologie

  1. Nicole G dit :

    un voyage très réussi, un paysage magnifique tout en relief et vues panoramiques sur des collines que la vigne enserre disputant le creux des vallons aux vergers de noisetiers, Ferrero oblige…un régal des sens olfactifs et gustatifs entre mets et vins savoureux, l’oreille bercée par le chant des accents italiens traduits avec brio par Laurent le magnifique ….une très belle ambiance chaleureuse et joyeuse diffusée par notre guide suprême qui n’a pas hésité à plonger dans une piscine un peu fraiche pour montrer son courage…. quelques spritz à l’apéro et pour prolonger le plaisir et l’amitié le musée du cinéma à Turin en apothéose
    merci Marielle je rends hommage à ton talent d’organisatrice et attends le prochain voyage avec impatience et gourmandise !

    1. syrah1 dit :

      C’est trop d’honneur, tu es très mignonne Nicole !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :